Miam les disques

Au Slow Club, embrassons-nous jusqu’au petit matin

Posted in Uncategorized by Furtif on 27 février 2009

Ça y est, j’écris de nouveau un peu sur la Blogothèque, en dehors des traditionnels tops et des éventuels concerts à emporter auxquels j’ai participé. C’est frais, léger et bien sûr, complètement dispensable :

Mardi, je me suis réveillé dans un lit qui n’était pas le mien, dans un appartement qui n’était pas le sien. Il était midi et nous émergions à peine. Dans la cuisine, elle furetait à la recherche d’un sachet de thé. Dans le minuscule salon, il y avait un vieux Lylo qui traînait. Pour me donner une contenance face au silence gêné du premier matin qui s’insinuait, je l’ai feuilleté, l’air faussement nonchalant. Au 9 janvier, je suis retombé sur la programmation de la Flèche d’or, Slow Club y était prévu ; ils ne sont malheureusement jamais venus.

La suite est à lire par ici.

De la musique par dessus les kilomètres

Posted in Uncategorized by Furtif on 7 janvier 2009

Un récapitulatif musical totalement subjectif de l’année écoulée, on l’on retrouve Fuck Buttons, Bon Iver, Man Man, Lindstrom, Delta Spirit, Lacrosse et une incursion dans la pop indonésienne.

Le 22 avril à l’aube, dans une brume légère, mon année 2008 a débuté, après une longue période à cent lieues des salles de concert et des bornes d’écoutes, des bacs à disques et des clics frénétiques. Jusque-là, et pendant un long moment, il avait fallu faire l’économie de l’écoute et de la quantité pour n’entendre que les échos, ne se fier qu’au flux et reflux des enthousiasmes lointains. Ce fut une longue abstinence sonore dont on ressort avec méfiance, laissant peu à peu les oreilles se réhabituer.

C’est évidemment une sélection subjective, partielle, pleine de coups au cœur, de frissons dans la nuque et de pied qui tape le rythme sous le bureau sans qu’on sache vraiment pourquoi. Quoi qu’il en demeure, voilà longtemps que je n’avais pas pris un plaisir aussi jubilatoire à voir deux groupes en concert : les Fuck Buttons et Man Man. Deux univers différents, mais une inventivité et un décalage communs et salvateurs.

La suite est à lire par ici.

Barcelona dans le métro

Posted in Uncategorized by Furtif on 2 novembre 2008

Vendredi soir, vers 23h30, une salle vidéo dans un immeuble, quelque part dans Paris. Un homme scrute quantité d’écrans en noir et blanc. Les images lui apparaissent automatiquement, lorsque de l’agitation se produit dans la capitale, dans ses entrailles, loin de lui. Ses yeux sont attirés par un attroupement. L’homme se concentre, jauge la situation et décroche certainement un téléphone. De petites alarmes sonores se mettent sans doute en marche, des boutons lumineux doivent clignoter. Quelque part dans Paris, cette agitation le perturbe. Malheureusement pour lui, il n’a certainement pas la couleur, encore moins le son.

Le son et la couleur, les applaudissements et les instruments se trouvent à la station de métro Saint-Ambroise. On vient de passer les portiques, comme une marée trop puissante pour une si petite digue, passant par-dessus les installations comme chacun peut. Quand je dis « on », ce sont une trentaine de personnes dont les Suédois passablement saoûls d’I’m from Barcelona. Il y a là des spectateurs restés une heure dans le froid après le concert du Bataclan et la petite équipe des Concerts à emporter.
Sous les confettis et les applaudissements, terminant Mingus, c’est un Emanuel galvanisé qui empoigne sa guitare par le manche – le type derrière ses écrans doit devenir doit devenir fébrile au téléphone – et la fracasse contre le sol. Pam ! Ovation, on rit, on repasse les portiques dans l’autre sens. Nous terminons ainsi un passage un peu fou, qui avait débuté dans la salle-même.

Un peu plus d’une heure avant, IFB avait conclu son concert par un passage dans la fosse, reprenant Gloria en acoustique et sous les confettis. Nous – la Blogo – n’étions pas étranger à cela, à vrai dire.

Lors de leur passage au Bataclan, la question était essentiellement de savoir si le changement de cap de leur dernier album allait imprégner durablement leur concert : Who killed Harry Oudini me faisait l’effet d’un disque solo d’Emanuel Lundgren, accompagné de quelques choeurs. Sur scène, d’une chorale pop et colorée, on passe littéralement à un groupe en rouge et noir. Ce tournant, IFB l’a opéré avec finesse. Pour se défaire des imposés, le groupe glisse We are from Barcelona au beau milieu d’Oversleeping. Intelligente façon de se débarrasser d’une image qu’on aurait pû imaginer trop réductrice pour eux. A quoi bon faire un album bien différent si c’est pour ressasser le même « Nanananananananana » des débuts en apogée d’un concert.
La balance n’était toutefois pas tout à fait à la hauteur, relayant les musiciens et les chœurs à un mur sonore plutôt indistinct.

En rappel, Treehouse débute, laissé aux voix du public, puis envoyé en crescendo. Jenny et Rufus le complètent, avant qu’Emanuel débarque dans la salle avec son mégaphone. Cinq minutes plus tard, il emmenait tout le public sur le trottoir du boulevard Voltaire, dans le froid et dans la joie.

A fleur de peau

Posted in Uncategorized by Furtif on 28 octobre 2008

Si Vincent Moon est le genre de garçon à voir le plus beau concert de sa vie trois fois par mois, son enthousiasme n’en est généralement pas moins communicatif. Vendredi dernier, il m’avait parlé d’un groupe « génial ». J’ai passé mon week-end a essayé de retrouver son nom mais rien ne me revenait sur les moteurs de recherche. J’ai eu la réponse ce soir :

Ce même vendredi, j’ai entendu un titre (10 mn) du prochain album de Sufjan Stevens. D’une part,  il y a de quoi y voir une certaine rupture dans la tonalité des morceaux, dans leur esprit, dans leur couleur (des blips électros, des rythmiques, des sortes de boucles sonores) ; d’autre part, Sufjan Stevens est parti pour faire un opéra un jour, ce n’est pas possible autrement. Ses morceaux sont tellements écrits qu’il ne leur manque qu’un décor.

People C’mon

Posted in Uncategorized by Furtif on 26 octobre 2008

Delta SpiritPeople C’mon

Cette chanson m’obsède depuis plusieurs semaines. J’en aime la rythmique, le « Pa papapa papapa lalala lalala lalala » qui démarre à la deuxième minute, le pont vocal débarassé des instruments 40 secondes plus tard, mais je n’arrive à rien formuler de plus pour en faire un billet sur la Blogothèque.

Entendu au concert

Posted in Uncategorized by Furtif on 23 octobre 2008

« L’homme à la tête de champignon »

A propos de Kim, lors de la soirée Monster K7 à l’International. Et je trouve cela drôle et vrai.

Herman Dune dans mon jardin

Posted in Uncategorized by Furtif on 17 octobre 2008

Fin septembre, la soirée de poche #5 s’est déroulée chez moi, en partie dans mon jardin.

Ce jour-là, c’était la Saint Hermann. Comme un fait exprès. Pour cette Soirée de Poche, le groupe est venu renouer avec une forme de nudité, un retour aux racines, pour se débarrasser des lourdeurs, des facilités et des tics de tournée dans les salles amplifiées. Du folk jusque dans le décor, du lo-fi s’élevant sous les étoiles : dans mon jardin, à Saint-Ouen, retour aux années open mic, celles passées dans la cave enfumée du Pop In parisien, aux murs suintant la bière, où tout était à faire et refaire. Dress code : barbu, chevelu, guitare.

La suite est à lire par ici.

Man Man est grand

Posted in Uncategorized by Furtif on 21 juillet 2008

Dans l’appartement d’Antoine, quand ils se sont décidés à jouer Van Helsim Boombox, nous touchions à la fin de la première face. Boombox, c’est cette ballade bancale qui me tord l’échine chaque fois que je l’entends. Son rythme bastringue et sa mélodie mélancolique soutiennent la voix de Ryan qu’on dirait grattée jusqu’à l’os. Dans l’appartement, nous avons laissé sur place ces jolies mélodies qu’ils savent si bien tordre pour les transformer en quelque chose de plus sombre, plus vicieux. Et nous nous sommes avancés sans le savoir vers une conclusion qui allait au-delà de nos espérances…

J’ai vu Man Man en juin. C’était fou, c’était bon, c’est un immense souvenir, c’est là.